.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

GAOUA : Le corps d’une femme sans vie découvert dans une école


La découverte a été faite ce matin du 22 novembre 2019 aux environs de 7 heures par des élèves de l’école qui ont alerté un de leurs enseignants. Il s’agit du corps sans vie d’une femme d’une trentaine d’années couverte dans une salle en construction à l’école Sacré-Cœur A  de Gaoua. Les autorités alertées se sont rendues sur les lieux pour les constations d’usage.

C’est une découverte macabre qui a été faite ce vendredi matin à l’école Sacré-Cœur A de Gaoua.  Armel DABIRE est enseignant dans cette école et c’est lui que les élèves ont alerté quand ils ont fait la découverte. « Je suis arrivé le matin aux environs de 7h 10, les enfants sont venus m’interpeller qu’il y a une folle qui est couchée dans la classé inachevée. Immédiatement je me suis rendu au lieu pour voir et j’ai vu le corps qui était couvert. J’ai informé le Directeur qui à son tour a informé sa hiérarchie qui a saisi la sécurité » a-t-il expliqué. La gendarmerie et les agents de santé ont procédé aux différentes constations d’usage. Qu’est-ce qui a pu arriver à cette pauvre dame, on n’en saura pas davantage. Cependant le Docteur Juste BALO a laissé entendre que le corps a saigné. «Je pense que c’est trop tôt de vous dire ce qui a provoqué le décès. Nous avons découvert un corps sans vie qui a beaucoup saigné. Nous ferons part des constatations à la sécurité et à la justice, eux ils mèneront les enquêtes pour voir ce qui s’est réellement passé. On a retrouvé les zones où il y a les saignements » s’est-il contenté de dire. S’agirait-il d’un viol qui a mal tourné ? Aucune hypothèse n’est à exclure selon Docteur BALO. En effet, la dame est nue avec son sous corps déchiré à côté, ce qui fait dire à certains qu’il pourrait s’agir d’un viol qui a mal tourné.

Après les différentes constations, le deuxième adjoint au Maire de Gaoua,  Casimir KAMBOU qui était sur les lieux a autorisé certaines  notables du quartier à procéder à l’identification du corps. Malheureusement parmi eux personne n’a pu identifier le corps. Il sera envoyé à la morgue du CHR en attendant qu’un communiqué puisse inviter les éventuels parents à y passer pour son identification. Au-delà de 72 heures si le corps n’est pas identifié, la mairie procédera à son inhumation.

Dar Flavien DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *