.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

CAROME, artiste musicienne: « mon mari est mon plus grand soutien »


Caromé, ou encore Caroline Somé à l’état civil, est une vedette de la chanson dagara. A bientôt 11 années de carrière, elle ne ménage aucun effort pour promouvoir sa culture à travers des sonorités puisées dans le terroir dagara. Femme appliquée au foyer, elle manie aussi bien la spatule que le micro. En plein préparation de son prochain album, Bafujiinfos.com l’a rencontré à Ouagadougou pour un entretien.

 

Bafujiinfos.com: Pouvez vous, vous présenter à nos internautes ?

A l’état civil je suis Somé Caroline et mon nom d’artiste c’est Caromé… je suis artiste musicienne Burkinabè.

Bafujiinfos.com:   Après bientôt 11 ans de carrière comment se porte l’artiste Caromé

Je dirai que ça va…, je ne me pleins pas. Ma carrière se déroule tout doucement mais surtout sereinement. J’ai le soutien de mon public à qui je dis merci.

Bafujiinfos.com: Parlons de vote passion; la musique. Il y’a bien sûr un début. Pouvez vous nous dire comment tout à commencé?

J’ai commencé la musique en côte d’ivoire, déjà toute petite avec mon grand frère qui était un musicien complet. Il jouait de la guitare, du djembé et surtout il était un très bon danseur…. malheureusement il nous a quitté.  J’ai donc appris en le côtoyant au quotidien. Et par la suite, mon amour pour le chant m’a poussé à intégrer la chorale de mon église pour avoir plus d’expérience.

Bafujiinfos.com: A quel moment le déclic s’est fait et Caromé a décidé d’embrasser une carrière solo?

L’idée d’embrasser une carrière solo est née quand j’étais toujours dans la chorale de mon l’église. Cela est devenu par la suite un objectif à atteindre. A mon retour au Burkina Faso en 2007, je me suis mis au travail pour préparer mon album. Ne parlant pas bien ma langue, le Dagara, je suis allé au village pour l’apprendre car je tenais à chanter dans ma langue. Finalement c’est en 2010 que j’ai approché Aly Verhutey pour la réalisation de l’album et ensuite la sortie de l’album.

Bafujiinfos.com:   « Respect de femme » est le titre de ce premier album. Dans quelles conditions il a été réalisé et pourquoi ce titre?

Cela n’a pas été facile. C’est un auto produit, je me suis débrouillé pour réunir les fonds. Et Dieu merci mon mari me soutient beaucoup depuis le début de ma carrière. Je lui dis infiniment merci pour son soutien. il a donc participé à la production de cet album et c’est le succès de l’album qui me permet aujourd’hui de continuer ma carrière. 

Le titre « respect de femme » c’est pour dénoncer les violences conjugales, et les difficultés que rencontrent les femmes au sein du couple. Généralement lors des disputes entre l’homme et la femme dans la société africaine c’est toujours le comportement de la femme qui est indexé, bien vrai que la femme, c’est les caprices et les changements d’humeur mais elle a droit au respect, et surtout qu’elle n’oublie pas que ce respect là est réciproque. Et je me veux une avocate et militante de la cause de la femme.

Bafujiinfos.com:   Le Showbiz étant un milieu assez difficile. Comment arrivez-vous à jumeler vie d’artiste et vie de femme au foyer?

Mon mari est mon plus grand soutien dans ma carrière, il est mon producteur et participe même à la composition de certaines de mes chansons, donc il comprend les exigences du milieu parce qu’il aime aussi la musique. Je joue mon rôle de femme quand je suis à la maison. Et  quand je pars en tournée j’ai toute sa confiance et son soutien malgré tout ce qu’on raconte sur ce milieu. Je suis une femme mariée, je me dois de me faire respecter. Et mon éducation aussi me permet de m’éloigner des problèmes.

Bafujiinfos.com:   vous êtes une artiste originaire du sud-ouest du Burkina Faso, est ce que aujourd’hui vous recevez tout le soutien de cette population?

Oui, et je tiens à remercier cette population pour sa gratitude et son soutien. A chaque fois que j’ai été face à ce publique, j’ai senti toute l’appréciation et toute l’estime qu’ils ont pour moi. Au delà de moi, ce public là apprécie tous les artistes de la région. C’est un soutien qui nous pousse à continuer et à essayer de les faire plaisir.

Bafujiinfos.com:   aviez-vous de bonnes relations avec les artistes de la région?

De très bonnes relations je dirai. Jusqu’à présent je n’ai pas eu de problème avec un artiste de la région. Nous avons partagé des scènes et à chaque retrouvaille c’est la fraternité et la plaisanterie qui règne.

Bafujiinfos.com:   Que penses vous de Jacky Meda qui est présenté comme le Gandaogo de  la musique Dagara? 

Jacky Meda je l’apprécie énormément. On s’est connu à la sortie de mon premier album. Lui également avait un album sur le marché et il m’a remis son album que j’ai fait jouer à l’époque dans mon maquis à Gounghuin (quartier de Ouagadougou) pour sa promotion. 

Bafujiinfos.com:   votre actualité c’est la sortie de votre tout dernier clip vidéo intitulé « Kun ». De quoi parle cette chanson et dans quelles conditions vous aviez réalisé le clip?

C’est une chanson d’hommage à ma maman que j’ai perdu trop tôt. Cette disparation m’a beaucoup affecté voilà pourquoi j’ai tenu à lui rendre hommage.  

Concernant  le clip, ça été tourné dans mon village à Done, à Djikologo, à Gaoua, à Dissin et Dano. J’ai voulu présenter toute ma culture dans ce clip à travers la danse, le paysage et surtout les tenues traditionnelles Dagara voilà pourquoi on a beaucoup tourné.  C’est un clip qui a coûté cher. Mais comme j’aime ce que je fais je m’investis entièrement dedans.

Bafujiinfos.com:   La musique est votre seule activité?

Non, en dehors de la musique j’ai un restaurant. J’arrive à combiner les deux activités.

Bafujiinfos.com:   Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face dans votre carrière?

La musique demande beaucoup de moyens. Parfois c’est difficile quand on a pas assez de soutien. On est freiné dans nos activités. En dehors de ça je dirai que tout va bien vu que je n’ai pas de problème avec les autres artistes.

Bafujiinfos.com:   vous êtes a votre troisième album, comment se passe la promotion et quelle est votre actualité? 

Mon troisième album est sorti il y’a un an et déjà je suis entrain de préparer le prochain album. C’est ce qui fait mon actualité pour l’instant parce que je me consacre à la préparation de cet album. C’est un travail acharné qui j’espère va porter fruit.

Bafujiinfos.com: votre Mot de fin?

Merci à vous déjà pour cet entretien. Et grand merci à mes fans pour le soutien, et j’invite la population du sud-ouest à continuer de soutenir leurs artistes et notre culture. à tous je dis merci.

Interview réalisé par Charles Sanou



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *