.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Conférence sur la parenté à plaisanterie : L’eau et le feu comme symboles de la parenté à plaisanterie


Ce Samedi 26 octobre 2019 s’est tenue en marge des journées de retrouvailles des membres du groupe Facebook « Cascades+ Kénédougou et Sud-ouest », une conférence publique sur la parenté à plaisanterie. Elle a été animée par monsieur Djièm PALENFO en présence des représentants de plusieurs des ethnies du Sud-ouest et des Cascades.

« La parenté à plaisanterie : pratique séculaire de maintien et de promotion de l’équilibre social », c’est le thème qu’a développé le conférencier du jour en la personne de Djièm PALENFO, professeur d’anglais à l’occasion des journées de la parenté à plaisanterie qui ont débuté ce 26 octobre au musée national de Ouagadougou. D’entrée de jeux, le conférencier comme définition dit que la parenté à plaisanterie est une pratique sociale qui s’exerce pour réguler les rapports sociaux. Cette parenté à plaisanterie tire ses origines dans la résolution des conflits. Dans le développement du thème, monsieur PALENFO a indiqué que la parenté à plaisanterie est un phénomène qui marche sur des principes. Ces principes sont entre autres : d’éviter des insultes ou des injures sur les défauts physiques des personnes avec qui on plaisante, éviter l’adultère entre les parents à plaisanterie, proscrire les injures sur les mamans, interdiction de verser le sang etc.

Parenté à plaisanterie, une richesse pour les peuples du Sud-ouest et des Cascades et du Kédougou

Pour le conférencier, l’alliance et la parenté à plaisanterie doivent être utilisées comme outils préventifs aux conflits afin de jouer pleinement leur rôle dans la cohésion sociale. C’est donc une richesse à préserver. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle maitre Ambroise FARAMA parrain de ladite cérémonie de renchérir que la parenté à plaisanterie doit viser deux objectifs : La prévention et la résolution. Prévenir les crises qui pourraient subvenir et trouver les mécanismes de résolution de ces crises au cas où elles surviendraient. La parenté à plaisanterie est l’unique pratique qui permet qu’aucune parole ou qu’aucun comportement ne vexe, l’essentiel est de ne pas verser le sang. C’est le seul moyen qui permet à un clan, une famille d’adresser des injures, des moqueries à un autre clan ou famille sans que cela ne vexe personne.

 L’eau et le feu comme image de la parenté à plaisanterie

La parenté à plaisanterie permet de résoudre beaucoup de conflits latents. Elle permet de détendre l’atmosphère lors des décès. Elle résout les crises sociales. Et pour le conférencier  la parenté à plaisanterie c’est comme l’eau et le feu. Quand le feu brule il faut l’eau pour l’éteindre. Cela pour dire que quand un conflit nait entre les peuples du Sud-ouest et qu’on fait intervenir ceux des cascades ou du Kénédougou, ce conflit doit finir. Et si le pardon est accordé en présence des parents à plaisanterie communément appelés les « djontchiè », les « djonmousso » en dioula ou les « maaldar » en lobiri ce conflit est d’office enterré. Monsieur PALENFO a donc suggéré que cette parenté à plaisanterie soit institutionnalisée dans notre pays.

Pour clore la conférence la parole a été donnée aux représentants de certains groupes ethniques présents à la conférence. Ce fut une occasion pour eux de s’adonner à des joutes oratoires entre parents à plaisanterie, mais aussi de rendre des témoignages sur leurs expériences concernant le bien-fondé de l’alliance à plaisanterie. Invite a été faite aux participants de faire leur cette pratique qui est un pacte social pour éviter les conflits.

Sansan Bertin SIB



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *