.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Clôture 10ème du camp ODJ : Un hommage rendu à Fahadou Cissé et Hama Balima


La 10e édition du camp de l’ODJ a refermé ses portes le 7 juillet 2019 à Gaoua après 5 jours d’intenses activités. La cérémonie de clôture a connu la présence des autorités régionales et communales et des représentants des organisations qui partagent les mêmes idéaux que l’ODJ. Discours, animation musicale et théâtrale, remise d’attestations, visites des produits fabriqués par les campeurs ont été les temps forts de cette cérémonie qui s’est tenue à l’amphithéâtre de l’ENEP de Gaoua. Un hommage particulier a été rendu à leurs camarades assassinés à Sebba dans le Yagha.

C’est par l’hommage de la chorale du camp aux deux camarades de l’ODJ Fahadou Cissé et Hama Balima assassinés au Yagha le 31 mai 2019 qu’a débuté la cérémonie de clôture de la 10e édition du camp jeunesse tenu cette année à Gaoua. S’en est suivie la présentation d’une pièce de théâtre présentée par des acteurs formés pendant le camp où ils ont mise en scène l’assassinat de leurs camarades avec le même objectif, leur rendre hommage et interpeler l’autorité afin qu’elle puisse faire la lumière sur cette affaire. Après cette entrée en matière, place a été faite aux discours. Le conseiller technique du gouverneur, Jean Béogo le représentant a été le premier à prendre la parole. Il a salué la tenue du camp dans sa région et le rôle de conscience de la jeunesse auquel s’adonne l’ODJ. Il a aussi prodigué conseils et encouragements aux militants de cette organisation de jeunesse. A la suite du conseiller technique, c’est le représentant du MBDHP section du Poni qui est monté à la tribune. Il a salué la forte mobilisation des jeunes pour ce camp qui se tient dans un contexte marqué par l’aggravation de la crise du système capitaliste. Il a par ailleurs dénoncé les tares du régime en place marqué par des assassinats ciblés. Pour lui l’ODJ est une organisation qui s’érige contre le pillage des ressources d’où elle se retrouve dans l’œil du cyclone. « Tenez bon, vous êtes les acteurs du bon combat » leur a-t-il lancé. Pour le président du bureau exécutif de l’ODJ, Gabin Korbéogo par ailleurs président du comité directeur du 10e camp jeunesse, « En 10 ans, le camp jeunesse s’est imposé comme l’une des activités phares de notre organisation. C’est un cadre de fraternisation, de mobilisation, de formation, de recréation d’expression culture et artistique mais aussi de formation professionnelle » a-t-il dit. Le camp permet ainsi à l’ODJ d’apporter sa contribution à la formation d’une jeunesse saine, consciente et combative qui doit contribuer de façon efficiente à la lutte du peuple burkinabè pour sa libération nationale et sociale a-t-il poursuivi. A l’occasion de cette dixième édition, plusieurs activités de formation et de sensibilisation ont été organisées : une conférence sur l’esprit de sacrifice, des vidéos-débats sur la répression contre les luttes de libération nationale, le pillage des ressources minières et l’exploitation des populations dans la production du coton. Les campeurs ont en outre pris part à une marche meeting dans la ville de Gaoua organisée par la section du Poni pour dénoncer l’assassinat des camarades du Yagha.

En plus les campeurs ont eu droit à une formation professionnelle et civique dans des ateliers animés par des professionnels bénévoles du centre de promotion de l’aviculture villageoise (CPAVI) du ministère des ressources animales et halieutiques et ceux de la croix rouge burkinabè ainsi que des formateurs militants de l’ODJ. Ils ont permis d’animer 14 ateliers de formation en aviculture, en fabrication d’engrais biofertilisants, en installation et gestion du dispositif d’énergie solaire, en secourisme d’urgence, à la fabrication de savon, de chaussures, en vannerie, en théâtre entre autres. De l’avis du président, c’est avec assiduité et un grand intérêt que les campeurs ont suivi la formation dans ces ateliers de formation ce qui leur a valu la remise d’attestation à la cérémonie de clôture.

Les invités ont pu visiter les produits réalisés dans les différents ateliers par les campeurs. Ces produits sont composés entre autres de savons liquides et solides, de paniers, de confitures, de chaussures, de montage électrique avec les panneaux solaires. Il faut noter que les campeurs sont venus des 13 régions du pays avec 42 sections ODJ présentes sur 45. Ils sont issus des différentes couches socio-professionnelles à savoir des ouvriers, des paysans, des jeunes du secteurs informel, des jeunes salariés du public et du privé, des commerçants, des élèves et étudiants pour ne citer que ceux-ci. Ce camp a été une occasion pour les jeunes des différentes localités de vivre dans une ambiance militante empreinte de fraternité, de convivialité dans la discipline. Le président Korbéogo s’est dit satisfait de la tenue de ce camp au regard de l’assiduité des participants à toutes les activités qui ont été organisées. Ceux-ci se disent également comblés après ces cinq jours d’échanges et de formation. Pour Ramatou  Yaro venue des Ballés, ce camp leur a permis non seulement d’acquérir des connaissances sur le plan politique, mais aussi sur le plan socio professionnel. Elle a aussi été l’occasion de partager les expériences qui vont permettre de galvaniser la jeunesse afin qu’elle s’arme de courage pour se mobiliser pour les luttes pour plus de justice sociale.  Fidèle  Somé pense également que ce camp a été bénéfique pour eux parce qu’ ils ont acquis beaucoup de connaissances à travers les différentes formations dans les ateliers. De retour dans sa localité, il compte sensibiliser les jeunes qui n’ont pas pu participer au camp et leur expliquer les objectifs de l’ODJ.

L’assistance a été tenue en haleine durant cette cérémonie par des artistes engagés qui font du changement véritable au Burkina Faso et de l’Afrique leur cheval de bataille.

Dar Flavien DA



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *