.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

FETE DU 15 AOUT A DISSIHN : La paix au coeur de la célébration


 Cette année, la population de Dissihn n’a pas dérogé à la tradition. Elle a célébré avec ferveur la fête de l’Assomption qui consacre la montée de la vierge Marie au ciel. Après la messe ce 15 aout, les fidèles chrétiens et la population de cette commune se sont retrouvés pour échanger sur divers sujets, autour d’un pot ou en famille dans une ambiance festive. Malgré la faible mobilisation par rapport aux années précédentes, cette fête a tenu toutes ses promesses et les commerçants en ont profité pour faire de bonnes affaires.

C’est la traditionnelle messe de l’Assomption qui a été l’un des temps forts de cette célébration. C’est un grand monde que Dissihn a accueilli ce 15 aout 2019. Les fidèles catholiques sont venus de l’intérieur du pays notamment Bobo Dioulasso et Ouagadougou,  la diaspora est venue des pays voisins et même de l’Europe pour cette célébration.  Deux messes ont été célébrées ce jour 15 aout à Dissihn. La première messe,  dite messe basse a été célébrée entre 7 heures et 9 heures. Ensuite la seconde messe appelée grande messe de la célébration de l’assomption a débuté aux environs de 10 heures  pour prendre fin à 13heures. Il faut dire que cette messe a été présidée par L’Abbé Rufin SOME qui avait à ses côtés, son confrère Lezin SOMDA.  Pour le prêtre célébrant, cette fête est la commémoration de la montée de la vierge Marie mère de Dieu au ciel corps et âme auprès de son fils. « Marie n’a pas connu la corruption de son corps. Et Dieu l’a voulu ainsi, c’est un privilège  parce que Marie est la mère de Jésus et Jésus c’est celui qui nous a sauvé, Marie est celle qui a dit oui à la volonté de Dieu, a donné naissance au fils de Dieu donc elle est la mère de Dieu et par privilège Dieu a voulu qu’elle soit à côté de son fils au ciel, au paradis » a-t-il expliqué. Il exhorte les chrétiens qui voudront un jour bénéficier de cette grâce à croire en Jésus Christ et suivre les conseils de Mairie. « Un jour, nous serons élevés au ciel avec elle si nous croyons en Jésus et si nous suivons ses pas.

Cette deuxième messe a drainé beaucoup de monde. Il faut noter que plusieurs fidèles étaient à l’extérieur de la paroisse car ayant trouvé que l’église était pleine. Rosine SOME est  secrétaire au Ministère de la justice à Ouagadougou. Elle fait partie de ceux-là qui ont suivi la messe de l’extérieur, elle livre ses sentiments. « C’est un événement heureux particulier pour nous chrétiens de venir nous recueillir auprès de Marie qui est notre mère pour porter nos fardeaux auprès de son fils. Il y a le côté religieux et le côté festif. Après la messe, nous allons nous retrouver pour continuer la fête au niveau de la ville. Nous nous retrouvons en famille, entre amis, tu peux perdre quelqu’un de vue pendant cinq ans dix ans et tu viens le retrouver à Dissihn ici ».   Amandine SOME, une des habituées de cette fête,  est venue prier pour la paix au Burkina Faso. « La première prière pour tout burkinabè c’est la paix et puis avec nos intentions personnelles pour que tout aille bien et pour qu’on ait longue vie et tout ce qui va avec. Aujourd’hui, on prie la vierge marie qui est notre mère à tous. Elle est toujours fidèle. Elle intercède toujours pour nous » a-t-elle rassuré. Cette fête a un engouement particulier pour la population de Dissihn et de sa diaspora. Des associations de femmes catholiques sont venues de Diébougou, de Gaoua, de Dano et des différents villages de la commune de Dissihn pour prendre part à la fête. Et l’Abbé Rufin SOME ne voit pas d’un mauvais œil ce côté festif de la 15 août. « Après la messe, c’est la fête qui continue dans la commune, les gens s’organisent spontanément pour vivre ensemble des moments de fraternité des moments conviviaux où ils partagent un repas, un verre. C’est une joie que les gens viennent nombreux et qu’après on puisse se retrouver autour d’un pot ».

La messe a connu la présence de plusieurs autorités. Pour l’ancien ministre de la santé Nicolas MEDAH, c’est l’ensemble des filles et fils de cette région qui se réunissent pour célébrer la montée au ciel de Marie et ensuite se retrouver pour deviser sur ce qui peut constituer notre force d’être ensemble. Pour Jean-Baptiste SOME, retraité à Bobo qui fait d’abord la genèse de cette fête pense qu’elle est une occasion de retrouvailles.  « Il faut dire que chaque année, je participe à la fête. Cette fête a démarré avec nos mamans et en définitive, tout le monde est rentré dedans. Après ce sont les étudiants. Chaque année, ils se réunissaient et il y avait des Kermesses. Et ça prit de l’ampleur d’abord avec nos mamans et ensuite avec les étudiants. C’est très bien ça se passe bien, tout le monde court pour venir. C’est les retrouvailles. C’est une fête de la paroisse qui maintenant intéresse tout le monde. On voit qu’il y a des gens qui viennent de l’extérieur ».

Après la grande messe, les fidèles ont pris les artères de la ville. Certains ont rejoint les restaurants, d’autres les maquis et la fête continue. L’occasion est belle pour les commerçants pour faire de bonnes affaires.  Raoul Charlène KAMBIRE est gérant de maquis. Pour lui la fête a débuté depuis le 13 août.  « Ça semble bien.  Au niveau du commerce ça va. Les autres années valent mieux que cette année. Le marché n’est pas aussi florissant mais par rapport aux jours ordinaires ça va ». Au niveau de l’hébergement, les prix des chambres ont connu une légère hausse a laissé entendre A.S Noel KAMBIRE, gérant de l’hôtel belle ville de Dissihn.  « Nous avons eu un peu de clients. Les chambres  sont insuffisantes. Nous avons jusqu’à 23 chambres plus les suites mais ça ne suffisait pas. Il y a d’autres qui ont dormi dans leurs véhicules. Les chambres vont de 12 500F à 32500f. Les jours ordinaires, les prix vont de 10 000F à 30 000F ». Cette année, la célébration diocésaine de l’Assomption a eu lieu à Dano autour de monseigneur Der Raphael DABIRE évêque de Diébougou. Dans le Diocèse de Gaoua, c’est à Loropéni que Monseigneur Modeste KAMBOU a célébré la messe de l’Assomption.

Issouf SANFO

Envoyé spécial à Dissihn



Articles similaires

One thought on “FETE DU 15 AOUT A DISSIHN : La paix au coeur de la célébration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *