.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Projet intégré de formation à l’insertion socio professionnelle et la responsabilisation de la jeune fille/femme rurale dans la région du Sud-ouest  : Le bilan plus que positif


L’Association pour la Promotion Féminine de Gaoua (APFG) avec l’appui financier  de l’ONG allemande Journée Mondiale de Prière pour la Femme a initié le projet de formation à l’insertion socio professionnelle  de la jeune fille, femme rurale dans la région du Sud-ouest.    Après deux années de mise en œuvre l’APFG a fait le bilan des activités les 15 et 16 Mai 2019 à Gaoua en présence des bénéficiaires et des autorités.

Grâce au projet de formation à l’insertion socio professionnelle  de la jeune fille, femme rurale dans la région du Sud-ouest Binefléna Marie   Kambou vole de ses propres ailes aujourd’hui En effet, elle a bénéficié d’une formation en coiffure au centre de formation professionnelle Camille kambou de l’APFG.  « C’est en 2018 que j’ai fini ma formation. Je suis installée au sein du marché central de Gaoua avec une autre qui a bénéficié des mêmes soutiens que moi de l’APFG ». Après deux années d’activités, mademoiselle assure gagnée son pain. « La clientèle ne manque pas et je peux dire que je suis un peu  indépendante aujourd’hui. Par jour je gagne au minimum 3000frcs jour et j’ai 07 employés dans mon atelier ». Malgré tout, le manque d’infrastructure est la principale difficulté.« A l’avenir j’envisage avoir un grand magasin et je demande aux autorités de nous aider. Sur ce point je dis merci à la présidente de l’APFG qui s’est battue pour qu’on ait magasin au nouveau marché de youmpi ». A l’image de cette dernière, elles sont une quinzaine de filles qui gagnent leur pain en coiffure, couture et tissage. Et cela grâce au projet initié par l’APFG avec l’appui de la JMPF.

 De multiples acquis engrangés

Contribuer au développement socio-économique    en donnant aux jeunes filles, femmes démunies, les moyens de devenir des actrices de changement économique, Contribuer à l’insertion, la responsabilisation des  filles déscolarisées et non scolarisées, Promouvoir  entrepreneuriat féminin, l’auto emploi et l’employabilité des jeunes filles, ce sont entre autres objectifs du projet. Et pour la présidente de l’APFG Ini Damien Inkouraba Youl et son équipe, le bilan est plus que positif. « Les filles en fin de formation professionnelles en couture coiffures, tissage, ont reçu des kits d’installation en 2018. Plusieurs d’entre elles se sont installées à leur compte et sont leur propre chef d’entreprise. D’autres sont en stage de perfectionnement. Sur les 15 filles  qui ont reçu la formation en Aide familiale et  des kits d’installation en restauration, transformation de produits locaux, 9 se sont installées à leur propre compte. Les 6 autres ont eu du travail. Plus de 250  femmes ont reçu des crédits et pendant deux années ont pu mener des AGR diverses». A ces activités s’ajoutent, des séances de formation et des activités de sensibilisation. Ces chiffres constituent un motif de satisfaction pour la première responsable de l’association qui n’a pas manqué de traduire sa reconnaissance à son partenaire JMPF.

A cette rencontre bilan, des jeunes filles et femmes sont  venues des provinces de la Bougouriba, du Ioba, du Noumbiel et du Poni.

Dalou Mathieu Da



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *