.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Deuxième édition de la foire des associations villageoises d’épargnes et de crédit : Pari réussi pour Plan International bureau du sud-ouest


L’enceinte de la maison de la femme de Diébougou a servi de cadre  à Plan International bureau du Sud – Ouest pour l’organisation de la foire des associations villageoises d’épargnes et de crédit. La cérémonie de clôture des activités est intervenue le mercredi 29 Mai 2019 en présence de plusieurs personnalités. Défilé, allocutions, remise de Kits pour les activités génératrices de revenues(AGR), prestation d’artistes, exposition et visite guidée ont été les temps forts de cette cérémonie.

Des produits variés et des mets locaux conçus par les femmes du  sud-ouest  étaient au menu de cette foire régionale initiée par Plan Burkina bureau du sud-ouest.

Pour la coordonnatrice départementale des femmes de Diébougou, marraine de cette cérémonie, OUEDRAOGO /MEDA Lydie cette activité est noble et doit être reconnue à sa juste valeur. « En acceptant ce parrainage, j’ai décidé de vive voix de l’accepter du fait non seulement de la confiance qui m’ai faite, mais aussi de la noblesse de l’activité qui prône l’autonomisation économique de la femme, qui du reste constitue notre lutte quotidienne. J’ai compris que L’ONG Plan travaille pour l’épanouissement de la femme du sud-ouest, en témoigne les nombreuses femmes enrôlées dans le système de groupes d’épargnes et de crédit qui aujourd’hui arrivent à se faire une place dans le tissu économique de leurs localités. Cette foire participe à la valorisation du savoir-faire des femmes et constitue une opportunité de marché pour ces groupes d’épargnes. J’ose croire que de telles initiatives vont se multiplier et se pérenniser au profit des femmes», affirme la marraine.

  Le directeur de Plan International bureau de Gaoua clément MEDA assure que les résultats obtenus par le projet autonomisation économique sont satisfaisants « Les résultats obtenus sont très édifiants en témoigne l’engouement et l’adhésion massive des femmes de toutes les couches sociales défavorisées du Sud-ouest. La région    regorge 34 460 membres répartis dans 1 409 groupes d’épargnes avec 894. 996 228 FCFA comme fonds mobilisés. À travers cette importante somme, c’est une diversité d’activités génératrices de revenus qu’elles entreprennent et c’est l’esprit de solidarité qui s’est renforcée, les femmes partageant quotidiennement un même idéal et des valeurs communes ».

Quant à la patronne de cette deuxième édition Aminata TARNAGDA,  Haut – commissaire de la province de la Bougouriba, la pauvreté au Burkina Faso sévit plus en milieu rural et a un visage féminin. Elle en veut pour preuve les statistiques de la banque mondiale en 2017. En effet l’incidence de la pauvreté se situe à 47,5% en milieu rural contre seulement 13,7% en milieu urbain. La non maîtrise de la natalité, le manque de financement en milieu rural, le sous – équipement des producteurs agricoles conjugué à la mauvaise répartition de la pluviométrie… expliquent en partie les faibles performances économiques enregistrées en milieu rural. Et pour Madame Tarnagda  cette initiative de Plan International est à saluer en ce sens qu’elle permet à la sortir de quitter sa situation précaire.

Des associations récompensées

En marge de cette deuxième édition, des Kits AGR ont été remis à trois (03) associations féminines. Composé essentiellement de marmite, cuvette, moule, soude costique, balance, parfum,boles, un bidon de 20 litres, seaux.. Les exposantes sont venues des différentes provinces du sud-ouest et une variété de produits et de mets étaient sur la place pour une exposition d’une journée. Les exposantes elles souhaitent pour les prochaines éditions de prolonger la durée de la foire, chose qui les permettrait d’écouler.

Issouf SANFO, correspondant communal.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *