.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

caravane du RJPE : Pari réussi dans le Ioba et la Bougouriba


Le réseau des journalistes pour la protection de l’enfance du sud-ouest avec l’appui de Plan Burkina bureau du sud-ouest  a dans le cadre de sa caravane de presse sillonnné les 12 et 13 Avril 2019 les villages et départements de la province du Ioba et de la Bougouriba. Sensibiliser les populations sur les méfaits des MGF, les mariages et grossesses précoces . Cette campagne qui a réuni les hommes et femmes de médias  a consisté en la réalisation d’émissions et de jeux radios.

Après la cérémonie de lancement à Dano, les caravaniers ont mis le cap sur Gnigbo, un village de la commune rurale de Niégo dans la province du Ioba. Le marché du village qui a servi de cadre pour l’émission a refusé du monde. le sujet à l’ordre du jour c’est les mariages précoces. Deux journalistes ont conduit cette activité de sensibilisation. Pour commencer, ils annoncent une énigme à laquelle les populations doivent donner l’élément de réponse. Les élèves et des adultes s’empressent de répondre aux questions. Si certains ont pu décoder cette énigme d’autres par contre sont passés à côté. Mais avant un jury composé d’agents de l’action sociale analysent les éléments de réponses. Pour la deuxième phase 08 personnes sont choisies pour continuer le jeu radio. Cette deuxième phase consiste à donner les conséquences des mariages précoces, comme à la première étape , le jury retient 04 personnes pour la fin du jeu radio. Les finalistes composent des chants pour encourager et prodiguer des conseils aux parents afin que le phénomène des mariages forcés n’est droit de cité.

A l’issue du jeu radio, c’est la satisfaction totale dans le camp des bénéficiaire que de celui des caravaniers . Pour le préfet et le premier adjoint de Niégo les mariages forcés constituent un  véritable handicap pour l’épanouissement des enfants. Et cette action du réseau des journalistes pour la protection de l’enfance est apprécié. La présidente communale, elle est formelle les mariages précoces est une préoccupation et il faut travailler à changer les mentalités de tous .

Pour le président du réseau Ollo Daniel Palé , la mobilisation dans ce village est déjà un motif de satisfaction » L’essentiel pour nous c’est que beaucoup de personnes soient informées des inconvénients des mariage précoces. Le message des autorités et des coutumiers prouvent que nous ne nous sommes pas trompés ».

Les élèves de Ouessa connaissent les dangers des grossesses précoces

Finie l’étape de Gnigbo, les caravaniers mettent le cap sur Ouessa ou les attendent les élèves du lycée départemental de Ouessa. La thématique abordée dans cet établissement est celui des grossesses précoces. En 1H30, un journaliste s’entretient avec les élèves à travers des questions réponses le tout couplé de lot. Au total 08 questions avec la participation de 04 élèves par question soit 64 élèves ayant répondus aux questions. La définition, les causes, les conséquences, les conseils sont autres questions posées. Au lycée départemental de Ouessa, les élèves sans distinction de sexe ni de classes maitrisent le sujet. A la fin des questions réponses l’agent social de Ouessa a adressé des messages de sensibilisation.

A Sabtan et Bondigui on a parlé de grossesses précoces et …………..

Le vendredi 13 Avril 2019, les caravaniers dans leur périple font un halte à Sabtan un village de la commune rurale de Dolo ou ils ont échangé avec les élèves du collège d’enseignement général de ce village sur les thématiques des grossesses précoces, les mariages et grossesses précoces. Cet même exercice a été repris au lycée départemental de Bondigui. A travers des questions récompenses, les élèves de ces deux établissements ont une faible connaissance de ces thématiques. Mais à la fin, plusieurs d’entre eux ont une notion sur ces phénomènes qui empêche l’épanouissement des enfants. Kam Sié Aristide élève en classe de 4ème est l’un d’entre eux » J’ai beaucoup retenu sur les conséquences des grossesses précoces et des mariages précoces .Je comprends également qu’on doit se sensibiliser pour éviter des cas de grossesses précoces dans notre CEG ». Le proviseur du CEG de Sabtan a pour sa part remercier les caravaniers qui ont apporté un  de la lumière à ces élèves. Il espère que la donne va changer. »

Après Diébougou et Dano, les caravaniers ont mis le cap sur la province du Poni et du Noumbiel pour la campagne de sensibilisation.

Dalou Mathieu Da



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *