.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Caravane du RJPE/SUO: Les journalistes en croisade pour la protection de l’enfance


Le réseau des journalistes pour la protection de l’enfance au Sud-ouest avec l’appui financier de Plan Burkina bureau du sud-ouest va en guerre contre les grossesses précoces, les  mariages forcés et les mutilations génitales féminines dans la région du Sud-ouest. Le lancement de la  caravane de presse de sensibilisation a eu lieu ce mercredi 10 Avril à Dano. L’événement est parrainé par sa majesté le chef de canton de Dano Naonfa II et Marguerite Somé ancienne maire de Dano.

Ils sont au total 20 journalistes et techniciens de la presse privée et publique installées ou représentées au Sud-ouest ;  durant 6 jours, ils sillonneront les villages de Niégo et Ouéssa dans le Ioba ; Bondigui et Dolo dans la Bougouriba ; Nako, Malba et Périgban dans le Poni ainsi que Batié dans le Noumbiel ; objectif sensibiliser les populations sur les phénomènes des mariages forcés, des grossesses précoces et de l’excision.

A la cérémonie de lancement de la caravane  ce mercredi 10 avril, les autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses de la province et leurs partenaires ont témoigné leur soutien à l’initiative. Dans son intervention La représentante des filles de la région, Kansolé Fatoumata a au nom de toutes les filles invité les acteurs de l’éducation à intégrer des cours d’éducation sexuelle dans les programmes scolaires. Elle a également demandé que les textes élaborés pour la protection de l’enfant et surtout de la jeune fille soient appliqués.

Le président du réseau des journalistes pour la protection de l’enfance au sud-ouest, Ollo Daniel Palé a signifié dans son discours que la situation est alarmante et les journalistes peuvent contribuer à changer la donne. M.Palé a traduit toute sa reconnaissance à Plan Burkina bureau du sud-ouest pour l’accompagnement dans la réalisation des activités de la caravane.

Quant au premier responsable de l’ONG PLAN Burkina dans la région Jean Clément Meda, la situation des enfants en général et celles des filles en particulier impose désormais l’implication des coutumiers et de tous les acteurs de l’éducation. Le chef de canton de Dano Naonfa2, à la tête d’une forte délégation de chefs coutumiers a réaffirmé leur soutien aux caravaniers. Il les a remerciés ainsi  leur partenaire PLAN Burkina. Il a par ailleurs indiqué qu’il est déjà engagé dans le combat pour le bien-être des enfants avec l’institution d’un tribunal coutumier qui traite de leurs droits, notamment des mariages forcés et ou précoces, des grossesses précoces ainsi que de l’excision.

En rappel, les statistiques partielles issues du document de référence de la campagne zéro grossesse en milieu scolaire 2017-2020 du ministère de l’éducation nationale indiquent que de 2012 à 2017 6746 filles au primaire, post primaire et secondaire âgées de 09 à 19 ans sont tombées enceintes. Ces cas pour la plupart provoquent l’abandon scolaire conduisant au mariage forcé et ou précoce avec ses conséquences. Les caravaniers devront durant leur tournée faire prendre conscience à tous la réalité de cette situation et inciter les uns et les autres à faire sienne la lutte.

Lassina Coulibaly



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *