.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Education inclusive: l’OCADES tire la sonnette d’alarme


Ce mercredi 13 mars 2019 à l’école sacré cœur A de Gaoua, l’organisation catholique pour le développement et la Solidarité(OCADES) à travers son programme Réadaptation à Base Communautaire (RBC) en collaboration avec  l’Organisation Dupont  pour le Développement Social(ODDS) tire une sonnette d’alarme sur la question de l’éducation inclusive.  L’objectif  faire un plaidoyer auprès  de la communauté éducative  pour une prise en compte des enfants vivant avec un handicap dans le système éducatif.  Une campagne qui a réuni les élèves de l’école sacré cœur de Gaoua, de l’école centre C de Gaoua et les élèves du complexe scolaire notre dame de l’annonciation de Gaoua ainsi que des autorités locales.

« Plus de 72% des enfants vivant avec un  handicap au Burkina n’ont pas accès à l’éducation. Aussi il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas sensibilisées sur la problématique de l’éducation inclusive, beaucoup ne savent pas que les enfants handicapés peuvent aller à l’école comme les autres » dixit Monsieur Yaya P. COULIBALY directeur du Programme RBC Gaoua.

Tirer la sonnette d’alarme est donc une activité de plaidoyer auprès des autorités nationales, leaders communautaires et en particulier ceux de l’éducation pour la mise en pratique de l’éducation inclusive.

A cette occasion le représentant des élèves handicapés, dans son plaidoyer, interpelle les autorités à s’investir pleinement dans ce combat pour assurer une éducation de qualité aux enfants handicapés, indispensable à leur épanouissement. Des propos soutenus par Yara KAMBOU coordinateur régional des Associations des Personnes Handicapées du Sud-ouest pour qui  «  cette activité est une belle occasion  pour nous d’interpeller les autorités en charge  à agir vite pour mettre en œuvre la loi 012 qui prône l’éducation inclusive afin de satisfaire ces enfants handicapés laissés pour compte ». Des engagements sont pris sur la question mais jusque-là ce sont des engagements théoriques. « Dans la ville de  Gaoua il y a que l’école sacré cœur seulement  qui accepte les enfants handicapés visuel. Jusqu’ à présent aucune école dans la région ne peut accueillir en son sein un enfant malentendant ou sourd muet » a laissé entendre Yara KAMBOU.

A l’issue  des  différentes allocutions, les élèves, les enseignants, autorités locales ont tiré la sonnette d’alarme qui a consisté à faire un grand bruit avec divers moyens de sonorisation. Une action qui témoigne de l’engagement de la communauté éducative à faire de l’éducation inclusive une réalité.

Faut-il le rappeler l’éducation est un droit reconnu à tous les enfants au Burkina Faso comme le stipule la constitution .Toutefois son application dans les écoles du pays demeure une équation à plusieurs inconnus. Sié Michael DAH



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *