.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Sansan Stanislas Kambou: l’homme qui fait de la médecine un sacerdoce  


« La médecine est un sacerdoce », dixit Docteur Sansan Stanislas Kambou. Malgré son jeune âge avancé ce sexagénaire aujourd’hui à la retraite continu d’être aux bons soins des siens. Médecin bio physicien et spécialiste en médecine nucléaire, en radio protection et en information médicale, Dr Kambou a un long et brillant parcours professionnel.

Né  le 30 mars 1954 à yéléhura un hameau de culture de Kampti lobi dans la commune de Kampti, Dr Sansan Stanislas KAMBOU a fait une partie de son primaire  à l’école primaire catholique de Kampti Bouti jusqu’au CM1 puis le CM2 à Satiri une école située à 42 KM de bobo. Le secondaire, il l’a fait  au lycée Ouezzin coulibaly de Bobo. Après son succès au BAC série D, il a été envoyé à Dakar pour faire la médecine. Une fois fini sa formation en médecine il a travaillé à Dakar  un an comme médecin  avant de rentrer au pays. L’homme qui est aujourd’hui docteur en médecine et spécialisé en bio physique, en médecine nucléaire, en radio protecteur et en information médicale a eu un parcours professionnel hors pairs. De Bobo en passant par Dakar puis Abidjan et bordeaux en France, l’homme a prit sa retraite professionnelle dans la fonction publique burkinabé en 2017. Docteur Kambou a décidé de faire un come back aux sources dans sa commune qui l’a vu naître où il a ouvert une clinique au grand bonheur des populations. Pour Mariette Kambiré : « la clinique MARISTAN du docteur Kambou est la bienvenue en ce sens qu’elle permet aux femmes d’y faire sur place de l’échographie et autres examens qu’on étaient autre fois obligé d’aller à Gaoua pour pouvoir en faire » . L’idée qui a poussé le Dr Kambou à ouvrir cette clinique est  de soutenir l’Etat et servir ses proches car pour lui aucun pays au monde ne peut se développer par l’Etat. Spécialiste en bio physique, Dr Kambou pour ne pas dire qu’il entrait dans le secret des dieux a eu à fabriquer des bébés à travers le savoir qu’il a sur la fécondation in vitro. Aujourd’hui il dit être fier du fait qu’il a deux enfants issus de cette fécondation in vitro qu’il a fabriqué personnellement.

Palmarès

Dr Kambou fut un fonctionnaire international. Il a travaillé pendant 4 ans au niveau de l’OCCGE (organisation de coordination, de coopération  pour la lutte contre les Grandes Endémies) comme directeur du SESIS (Service d’Epidémiologie de statistique et d’information sanitaire). Il fut également directeur de la recherche et de la gestion d’informations sanitaires à l’OOAS (organisation ouest Africaine d’information sanitaire) pendant 14 ans dont le siège est à Bobo et qui est une institution spécialisée de la CEDEAO. Dans cette structure qu’il coordonnait Dr Kambou avait pour principe qu’aucune recherche ne doit rester dans les tiroirs donc lui et son équipe œuvraient pour une recherche opérationnelle. Il a été responsable de la DST aujourd’hui OST en 1984 puis en novembre 1984 il est affecté à Dori dans la province du Séno comme Directeur Provincial de la santé du Séno où il y a passé 4 ans. «  A l’époque t’affecter à Dori tout comme à Gaoua était considéré comme une sanction mais moi j’ai pris cela comme une promotion ». Nous a-t-il confié. Il a prit sa retraite en 2016 à la CEDEAO puis en 2017 à la fonction publique.  Dr Kambou est chevalier de l’ordre du mérité nationale en 2009. Mais pour lui l’important n’est pas ce qu’on peut lui donner en récompense de ses actes mais ce que lui il peut donner. Il ajoute qu’Aujourd’hui la décoration a perdu sons sens.

Sa Vision

Aujourd’hui à la retraite, Dr Kambou dit n’avoir pas eu grandes difficultés dans son parcours  car il avait la bourse pour ses études. Mais ce qui l’a beaucoup choqué, c’est la division des étudiants de l’UGEV (l’Union Générale des Etudiants Voltaïque), divisés en deux camps : le NCOL et le MONAPOL après leurs études en Europe. Mais de tout cela, il dit être heureux de savoir qu’il a rendu service à la nation en sauvant des vies et en formant des jeunes pour la relève. Pour les jeunes qui aimeraient être médecin Dr Kambou les invite à être sérieux et disciplinés. « Il faut d’abord aimer le métier et aimer les hommes avec tout leur caractère. La médecine c’est du travail au jour le jour qui nécessite la constance au travail. C’est un sacerdoce et non un métier qu’on doit faire pour l’argent ». dit-il.

Dr Kambou Sansan Stanislas est un amoureux du football et de la musique. La sauce de grains de haricot avec le tô est son plat préféré. Il est convaincu d’une chose ; aucun peuple ne peut se développer en dehors de sa culture et moins encore dans la culture d’un autre peuple car dit-il : « L’évolution dynamique de la culture d’un peuple est la base essentiel du développement d’un peuple » il nous invite par ailleurs à nous méfier de la colère c’est l’ennemi N°1 de l’homme. Marié il y a de cela 35 ans et père de 4 enfants Dr Sansan Stanislas Kambou est aujourd’hui grand père de 3 enfants.

Sansan Bertin SIB

tinosbs@gmail.com



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *