.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

DREPS SUD-OUEST : La rencontre pour ramener les élèves en classe a échoué


La Direction régionale des enseignements post-primaire et secondaire du sud-ouest (DREPS) a tenu ce vendredi 1er février 2019 une rencontre pour sensibiliser les élèves à reprendre les cours après leur mouvement d’humeur du mardi 29 janvier 2019 ayant entrainé un arrêt de travail de 120 heures. Les échanges entre acteurs n’a pas permis de convaincre les élèves de retourner à l’école. Après concertation ceux-ci ont décidé de se retirer de la salle.

Le mardi 29 janvier 2019, les élèves de la ville de Gaoua ont vidé les classes et se sont retrouvés à la DREPS pour remettre leur plate-forme revendicative au directeur régional. En l’absence de celui-ci, c’est son intérimaire l’inspecteur Poda qui les a reçus. Dans cette plate-forme, ils réclament la reprise des évaluations suspendues par la coordination nationale des syndicats de l’éducation  (CNSE). Ils ont également décrété une grève de 120 heures à l’issue de laquelle s’il n’y a pas gain de cause, ils menacent de descendre à la direction régionale. Poda Crépin président de l’association des scolaires du Poni (ASP) a réitéré leurs inquiétudes à cette rencontre. Pour lui, la situation est inquiétante car nous sommes déjà en février et les évaluations n’ont pas encore repris. Le Directeur régional a à la suite de son intérimaire salué l’esprit dans lequel s’est tenu ce mouvement. Sankaon Somé a ensuite invité les élèves à rester dans la dynamique de la communication. Pour lui, la situation est nationale mais c’est le comportement des élèves face à cette situation qui varie d’une localité à une autre. Dans certaines localités selon le Directeur Régional, les cours se poursuivent. Il a rassuré les élèves que l’année scolaire ne sera pas blanche et les a exhortés à reprendre les cours en attendant la levée du mot d’ordre qui suspend les évaluations. Pour montrer aux élèves que quelque chose est entrain d’être fait au niveau ministériel, il a lu une correspondance que le MENA a adressé à la CNSE et qui propose un échéancier pour les négociations et la mise en œuvre de certains points du protocole. Certains intervenants à la rencontre notamment les responsables des associations des parents d’élèves ont abondé dans le même sens que le Directeur Régional.

Pour Akpiertiza, président de l’APE du Lycée professionnel DOMA Somé, la situation est alarmante pour la région. Il a proposé aux élèves d’autres formes de luttes qui leur permettront de ne pas perdre des semaines entières. Doli Bébé Ignace a quant à lui estimé que la solution au problème est à un niveau supérieur et par conséquent la direction régionale ne peut pas résoudre ce problème. Les élèves n’ont pas apprécié l’absence des syndicats des professeurs à cette rencontre. Pour eux, ils auraient mieux expliqué l’évolution des négociations. A cette inquiétude, Sankaon Somé répondra qu’il n’a rien à demander aux professeurs d’autant plus que ceux-ci n’ont pas refusé de dispenser les cours. Ils obéissent à un mot d’ordre qui leur demande de suspendre les évaluations et lui en tant que directeur régional ne peut pas leur demander de suspendre ce mot d’ordre qui est national. Bako B. Antoine n’est pas du même avis que le directeur régional. Il estime pour sa part que celui-ci fait de l’anti syndicalisme. Pour lui, ce sont les professeurs qui sont les plus proches des élèves et on ne peut pas envisager une solution avec les élèves sans impliquer leurs professeurs. Le Directeur Régional a demandé aux élèves de se prononcer après les explications qu’ils ont eues si oui ou non ils vont reprendre les cours. Ceux-ci ont demandé à se retirer pour se concerter. A l’issue de leur concertation, leur porte-parole Crépin Poda a déclaré : « Nous avons compris. Nous n’avons plus notre mot à dire. Nous allons nous retirer ». Cette attitude n’a pas été appréciée. Pour Sankaon Somé, ces jeunes sont les responsables de demain et par conséquent, ils doivent cultiver la tolérance, le respect des ainés. Akpiertiza s’est également offusqué de l’attitude des élèves. Tous les autres intervenants ont tenté d’apaiser la situation en invitant les élèves à ne pas transformer la situation en une confrontation entre DREPS et élèves.

En rappel, le Directeur Régional avait eu le une première rencontre avec les mêmes acteurs élèves, parents d’élèves et chef d’établissement pour amener les élèves à reprendre les cours. Cette première rencontre comme la seconde n’ont pas porté fruits.

Dar Flavien DA



Articles similaires

2 thoughts on “DREPS SUD-OUEST : La rencontre pour ramener les élèves en classe a échoué

  1. Kambou Sié Elie

    Très bien agi de la part des élèves. Pourquoi les premiers responsables refusent de comprendre la situation des élèves? Dispenser uniquement les cours pourrait-il permettre d’apprécier le niveau de compréhension des cours? Les gens savent où se situe le problème et ils tournent au tour du pot. C’est euquerant de voir des parents d’élèves tenir ces propos.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *