.
.

Les Echos du Sud-Ouest

.

Programme d’investissement Forestier : Le Plan d’action 2018 présenté aux acteurs du sud-ouest


Le comité technique régional de suivi du programme d’investissement forestier a tenu  ce 07 février 2018 sa première session de l’année. Cette rencontre  vise à informer et échanger avec les membres du comité sur le  plan de travail et le budget annuel 2018 dans la région du sud-ouest.

Ils étaient plus de 60 participants à prendre part à la 1ère session du comité technique régional de suivi du Programme d’investissement forestiers. Venus des différentes localités du sud-ouest ces hommes et femmes sont imprégnés du plan de travail et du budget annuel 2018.

Pour l’année 2018, l’accent sera mis sur les investissements dans les forêts mais aussi dans les terroirs. Il s’agira dans les forêts, de réaliser un certain nombre d’infrastructures et de renforcer la capacité de séquestration du carbone à travers les activités de reboisement. Dans les communes riveraines il est prévu,  la mise en œuvre des projets de développement intégré communaux qui seront développés dans les dix communes d’intervention du programme dans le sud-ouest et pour un budget moyen de cent millions par projet d’investissement.

Sur la question de ce qui sera fait pour permettre aux comités de gestion de forêt de bien fonctionner en cette année 2018 , Mme YAMEOGO/ ZABA Pauline dixit « au-delà des moyens financiers qui seront mis en place pour les accompagner ,il sera mis à leur disposition des moyens matériels en l’occurrence les tricycles et les vélos » ,pour l’atteinte des objectifs du PIF. Vu le jour en 2015, ce programme d’investissement forestier (PIF) touche 10 communes du Sud-ouest  et couvre la forêt classée de Koulbi, Bontioli.

Le Programme d’investissement forestier (PIF) a pour objectif d’accompagner les huit (8) pays-pilotes dont le Burkina Faso, dans le sens de la conduite d’une politique vertueuse en matière de gouvernance forestière. Le PIF va permettre de mobiliser des politiques et des mesures ainsi que des financements sensiblement accrus en vue de faciliter la réduction du déboisement et de la dégradation des forêts et de promouvoir la gestion durable améliorée des forêts, devant se traduire par des réductions d’émissions, la protection des stocks de carbone forestier et la lutte contre la pauvreté.

SIE MICHAEL DAH

dasiemchael@gmail.com

 

 

 

 

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *